retour

L’agenda CreativeTech des expositions – Spécial fin d’année

Si vous passez par Paris, profitez de la fin de l’année pour aller voir des expos 100% CreativeTech !

Effets spéciaux : crevez l’écran !

Vous rêvez d’aller de l’autre côté du miroir ? Plongez dans cette exposition immersive dédiée au cinéma avec 4 espaces qui dévoilent les trucages, décors futuristes, vaisseaux, et les derniers effets spéciaux : stop-motion, motion capture, matte painting, images 3 D, … De Méliès au XXIème siècle en 1h !
 
Où ? À La cité des sciences et de l’industrie – Parc de la Villette
Quand ? Jusqu’au 18 août 2018
 

La belle vie numérique 

Comment les artistes contemporains détournent-ils les outils numériques pour nous faire comprendre le monde actuel ? Entre humour et émerveillement, virtuel et réel, attraction et répulsion, l’exposition vous confronte aux émotions de la vie numérique. Une pure merveille à voir et revoir.
 
Où ? A la Fondation EDF
Quand ? Jusqu’au 18 mars 2018
 

Hello my game is… Invader

Vous aimez le street Art ? Rentrez dans l’univers de l’artiste Invader avec une centaine d’oeuvres inédites : bornes d’arcade, carte du monde interactive, tableaux Rubik’scubes, mur de magnets, et de nombreuses autres installations.
 
Où ? Au musée en Herbe
Quand ? Jusqu’au 7 janvier 2018

 William Forsythe x Ryoji Ikeda

La Villette réunit sous ses cimes deux artistes hors normes pour un dialogue au sommet de l’art et de la performance. Deux installations coexistent au sein de la Grande halle, toutes en contrastes

Où ? La Grande Halle de La Villette
Quand ? Jusqu’au 31 décembre 2018

Et aussi :

– Etre Moderne, à la Fondation Louis Vuitton pour découvrir 200 oeuvres exceptionnelles du MoMA, en particulier, CreativeTech oblige, les oeuvres numériques.
– Constance Guisset : Actio! au Musée des Arts Décoratifs, en particulier pour ses « conversations », installations sonores, recherches expérimentales et vidéos.
– Terra Data, pour comprendre le rôle des données et leurs utilisations multiples (reconnaissance faciale, analyse, stockage, interactions humain-donnée, …) à travers de nombreuses expériences, à la cité des sciences et de l’industrie.
– Picasso érotique, 1932, pour rentrer dans l’intimité du quotidien de l’artiste et découvrir ses mélanges de techniques, en particulier l’erwinographie.
– Derain, au Centre Pompidou, pour s’inspirer de cette décennie magique et radicale (1905-1914) qui a posé les bases de nombreux mouvements artistiques du XXème, déroutant les codes et les techniques.

Avant le 17 décembre :

– L’exposition d’un rêve, à la Fondation Gulbekian, pour pénétrer dans les rêves des cinéastes, poètes, écrivains.