retour

Quand tech et émotions nous réveillent de bon matin

Le matin, pour être de bonne humeur et bien commencer sa journée, la façon de se réveiller est déterminante. Or, pour beaucoup d’entre nous, nous sortons du sommeil par une agression sonore : celle de notre réveil.

Un jeune homme, Guillaume Rolland, sans doute éprouvé par les matins d’école (qu’il vient à peine de quitter, puisqu’il a 20 ans) a eu l’idée d’une alternative sensorielle : un réveil olfactif.

Et comme pour chacun l’odeur synonyme de bien-être est un élément très personnel (croissant chaud pour moi, chocolat pour d’autres…), il a eu l’idée de proposer des parfums à la carte, proposés sous forme de cartouches. Finaliste du Google science Fair, le prestigieux concours technologique, il a pu lancer la commercialisation d’une première génération de réveils et lance cette année de nouveaux produits. Sa start-up, Bescent, a levé 1,6 M€ cette année.

Les sens, une dimension culturelle ?

L’odeur du croissant chaud qui séduit nos narines en France n’est pas celle avec laquelle souhaite se réveiller un Japonais. Qu’à cela ne tienne, Bescent a développé des capsules au parfum de yuzu ou de cerise.

Mais nos enfants aussi ont leur univers olfactif, qui n’a pas échappé aux marketeurs… ainsi est commercialisée ce mois-ci une version Reine des Neiges du réveil olfactif. Prochaine étape : associer parfums et douces mélodies sonores. Preuve, s’il en était encore besoin, que le business autour du mariage tech et émotions a de l’avenir !