LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DE NOS CINQ SENS ET DE NOS EMOTIONS
Ancré dans la tradition, en art ou philosophie, les sens continuent à être l’objet de recherches. Jan Brueghel, Hendrik Van Balen, L’ouïe, le toucher et le goût, v 1618 © Musée du Prado

Le dialogue entre la technologie et la création est à l’aube d’une nouvelle révolution. « Intellectuel, imaginatif, romantique, émotionnel, voilà ce qui donne au sexe ses textures surprenantes, ses transformations subtiles, ses éléments aphrodisiaques », suggère Anaïs Nin dans Delta de Vénus.

Combien de temps devrons-nous encore patienter avant qu’un algorithme paré d’atours séduisants n’exalte nos cinq sens ? Spike Jonze y a répondu partiellement dans son film Her, et Blade Runner 2049 donne corps à des intelligences artificielles désirables.

En attendant, les nouvelles technologies d’aujourd’hui sont capables de parler à tous nos sens. Tous les champs d’application et de recherches travaillent sur le fait d’imiter l’humain et ses cinq sens. Si l’ouïe et la vue sont des domaines de recherche sur lesquels les scientifiques travaillent depuis des décennies, d’autres sens font désormais l’objet de recherche et de nouvelles innovations voient le jour. Nous pouvons entre autres citer les fourchettes capables d’imiter le sel sur les papilles gustatives pour limiter la consommation de sel, les réveils qui dégagent désormais des odeurs et non plus ce son « bib-bip » horripilant  ou encore des techniques haptiques.

Joaquin Phoenix joue Theodore un écrivain qui entretien une relation amoureuse avec une IA. Her Spike Jonze 2013 © Copyright Wild Bunch Distribution

L’odorat, un sens au cœur des recherches

Arrêtons-nous  sur l’odorat, un sens sur lequel les attentions se portent désormais. Le matin, pour être de bonne humeur et bien commencer sa journée, la façon de se réveiller est déterminante. Or, pour beaucoup d’entre nous, nous sortons du sommeil par une agression sonore : celle de notre réveil. Un jeune homme de 20 ans, Guillaume Rolland a eu l’idée d’une alternative sensorielle : un réveil olfactif. Finaliste du Google Science Fair, le prestigieux concours technologique, sa start-up Bercent aura-t-elle un bel avenir ? Il a pu lancer la commercialisation d’une première génération de réveils et de nouveaux produits. Sa start-up Bescent a levé 1,6M€  en 2019 de quoi poursuivre l’aventure et signer des nouvelles innovations.

Les sens, une dimension culturelle 

L’odeur synonyme de bien-être est un élément très personnel. : le croissant chaud français est bien différente du miso japonais. Qu’à cela ne tienne, Bescent a développé des capsules au parfum de yuzu ou de cerise. Bescent propose un large panel de parfums pour satisfaire tous les publics, enfants compris. En effet, nos enfants aussi ont leur univers olfactif, qui n’a pas échappé aux marketeurs… ainsi est commercialisée ce mois-ci une version Reine des Neiges du réveil olfactif. Prochaine étape : associer parfums et mélodies sonores. Preuve, s’il en était encore besoin, que le business autour du mariage « tech et émotions » a de l’avenir !

Sensorwake, une invention signée par Guillaume Roland qui change le réveil et joue avec notre odorat

Ces nouvelles inventions ouvrent la voie pour (re) considérer nos sens. Grâce aux applications numériques qui, à l’aide des neurosciences, jouent avec nos perceptions ou des outils qui imitent la réalité, il devient possible de se réveiller de bonne humeur, de mieux consommer, de toucher différemment grâce aux techniques haptiques. …

Les nouvelles technologies deviennent une matière première à part entière, capable, grâce aux talents combinés des ingénieurs et des artistes, de s’élever au rang d’art. Plutôt que d’être en confrontation avec nos cinq sens, la technologie peut nous aider à avoir des sens augmentés.

 

Pour explorer davantage la place des sens et des émotions, nous vous proposons un court talk CreativeTech de Laure Kaltenbach

Talk CreativeTech : La technologie au service de nos cinq sens et de nos émotions

Retour